Attelage adapté

    Le projet « attelage » est réellement né en octobre 2005.

    J'accueille aujourd'hui tous types de handicaps et travaille avec différents organismes.

 

Présentation du projet "attelage adapté" avec une structure de traumatisés craniens:


    L'attelage convient très bien aux personnes atteintes d'un handicap lourd (tétraplégie, paraplégie par exemple). C'est une activité qui sollicite moins de capacités physiques comparée aux autres activités équestres, mais le contact avec le cheval reste présent. Néanmoins, il existe des sollicitations physiques ou sensorielles à différents moments. Je prendrais soin de les détailler à chaque étape de la séance.

    C'est le moment de
l'accueil : se dire bonjour, échanger sur comment chacun se sent. La jument va vers les personnes en fauteuil, chacune leur tour elles peuvent la caresser, lui parler, sentir son souffle, lui faire un bisous. Je prends garde à ce que la jument ne bouscule pas les cales pieds, ne donne pas un coup de tête, mais elle est très délicate de ce côté là. Sanza, chienne border collie très affectueuse, ne manque pas de réclamer aussi sa caresse.

    Une foi
attelage.jpgs la jument attachée, le pansage commence et dure entre 10 à 20 minutes. Toutes les personnes participent, les personnes en fauteuil sont disposées autour de la jument, roue contre membre.
    Les résidents qui n'ont pas de fauteuil ont souvent des problèmes d'équilibre (marche avec une canne pour certains), ils s'appuient sur la jument ou sur la barre d'attache pour panse
r. Les accompagnants et moi même aidons les personnes en fauteuil capables de se tenir debout à se lever, elles s'appuient sur la jument et peuvent ainsi brosser les parties « hautes ». Nous restons à côté par sécurité, mais la jument sait que son rôle dans cette étape de la séance est de ne pas bouger. Nous sommes nombreux autour d'elle, je reste vigilante à son attitude, mais elle en profite souvent pour faire la sieste.
   
    Les notions du pansage sont un support pour travailler la motricité, mais également la mémoire:
tenir la brosse (différents types de brosses pour différentes prises en main)

  • les ronds avec l'étrille
  • dans les sens du poil avec la brosse
  • faire des gestes amples
  • adapter la pression en fonction de la partie du corps que l'on brosse
  • démêler les crins
  • curer les pieds

    La sollicitation sensorielle a aussi son importance dans ce moment :

  • poser son autre main au contact de l'animal
  • voir ou sentir les endroits souillés
  • être attentifs aux mouvements ou à l'attitude de la jument
  • sentir l'odeur quand on cure les pieds

    Pour le moment, nous attelons en simple avec ce groupe, il n'y a donc qu'une seule jument à préparer. Cela permet de ne pas passer trop de temps sur cette étape de la séance; et aussi de fonctionner et d'échanger tous ensemble, résidents et encadrants.

    Une fois que la jument est propre, on passe à la préparation (le garnissage) (5 à 10 minutes).
    Cette étape de la séance permet de travailler la mémoire:

  • Où va cette partie du harnais?
  • Comment la met-on?
  • A quoi sert-elle?

   Chaque pièce du harnais est composée de boucles, de clés, … ce qui permet de faire travailler la précision du geste, la dextérité, la coordination et la dissociation des mouvements...   
    Chacun
selon ses capacités participe à mettre le harnais qui est composé de :

  • le tapis,
  • la selletteet une boucle,guidesguides2.jpg
  • le reculement,
  • la bricole,
  • la bride,
  • les deux guides adaptées,
  • les doubles guides.

     L'entraide et la coopération entre chaque personne sont dans ces différentes étapes favorisées, tout en prenant garde que chaque individu est une place au sein du groupe.
    Lorsque la jument est prête, les deux éducateurs et moi même aidons les personnes à s'installer dans
en voiture la calèche (10 à 15 minutes). Nous utilisons une plateforme derrière l'attelage pour faciliter la montée. Une partie des personnes ont la capacité de marcher lorsqu'elles sont aidées de chaque côté. Pour celles qui n'ont pas cette capacité, nous utilisons un lève personne pour effectuer le transfert jusqu'à la coquille fixée à l'arrière de la calèche. Après quoi, grâce à une planche de transfert, nous glissons la coquille et la personne jusqu'à l'avant de l'attelage, puis nous refixons la coquille à la structure de l'attelage.
    Pour les personnes en fauteuil d'habitude ne bénéficiant pas de la coquille, nous prenons les coussins qui se trouvent dans leur fauteuil (coussin anti escarre, mémoire de forme, …) pour qu'elles soient le plus à l'aise possible.
   
    Une fois que tout le monde est confortablement installé, j'attèle la jument.

    Au cours de la balade (1h30 environ), chaque personne le désirant dirige Perle.
conduite.jpg
La plupart des personnes viennent à l'avant en passant par dessus le dossier de la banquette. Lors de ces transferts, je suis à la tête de la jument et les deux éducateurs aident la personne. Pour ceux pour qui cette manœuvre est délicate ou pour ceux qui sont dans les coquilles, ils conduisent de l'arrière (cf photo).
    La conduite se fait au rythme de chacun. Toutes les personnes de ce groupe sont concernées par la conduite. J'utilise des guides équipées de perles de couleurs ce qui permet d'avoir une tenue plus efficace des guides et des repères visuels pour l'ajustement. Pour les personnes dont l'hémiplégie est importante, j'ai créé (après une réflexion commune avec un résident) des guides adaptées à la conduite à une main.
    La projection dans l'espace est difficile au vue de la longueur de l'attelage mais c'est une notion qui s'intègre petit à petit.
    En atte
balade.jpglage, la voix est un moyen de communication indispensable car elle remplace les actions de jambes utilisées en équitation. Les ordres donnés nécessitent une voix forte et dynamique, chose peu évidente pour toute personne (valide ou non), ce qui permet de travailler l'expression et l'affirmation de soi. Les départs au trot sont demandés tous ensemble, ce qui permet le dynamisme nécessaire pour la transition et entretient l'énergie collective.
    Les ordres donnés au travers des guides nécessitent de la précision du geste, favorise la dissociation des mouvements pour tourner et la coordination pour s'arrêter par exemple. Les meneurs intègrent progressivement les gestes par compréhension d'un conseil ou par imitation (les doubles guides sont intéressantes à ce moment là).
    La balade se fait en forêt et en lisière. Au fil des saisons, l'environnement est très changeant et favorise les différents sens: les odeurs, les couleurs, la végétation, la température en fonction des endroits que nous traversons, les animaux dans les prés, le rythme des allures sur la route, …
    La proximité existante dans la calèche permet une énergie de groupe au niveau des discussions.

    Après la balade, on s'occupe de la jument. On enlève le harnais et on lui fait un pansage si besoin.